Dead Men Walking par Steve Lyons (4/5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dead Men Walking par Steve Lyons (4/5)

Message  Le Dindon le Jeu 6 Jan - 13:56

Un roman sans space marines.... Héhéhé.

En un mot : Grimdark.

Sinon, pour mieux détailler...
Nous sommes dur Hieronymus Theta, un jeune monde minier qui se développe tranquillement vers un statut de monde ruche. Un monde qui est complètement pris au dépourvu quand on découvre des ruines enfouies loin en dessous de la capitale, des ruines faites d'une pierre ou d'un métal bizarre et luisant, qui semble presque en vie... Des inscriptions incompréhensibles n'aident pas à en savoir d'avantage... Là où les choses se compliquent, c'est quand ces ruines s'éveillent et que des nécrons commencent à se répandre dans la ruche principale. Le seul espoir pour cette planète demeure l'arrivée opportune de quatre régiments du Death Korps de Krieg en orbite pour une permission bien méritée. La garde compte bien saisir sa chance de contenir une invasion nécron dans ses premiers stades. Et quel régiment serait mieux adapter à cette tâche que le Death Korps ?
Dans ce roman, nous suivons les aventures de plusieurs personnages : la nièce du gouverneur qui tente de traverser cet enfer, son amant secret, ancien responsable minier au caractère introverti ainsi qu'un commissaire impérial ayant l'improbable tâche de s'occuper d'un régiment du Death Korps.


J'ai bien aimé ce roman : je crois qu'il mérite bien sa note. Ecrire sur le Death Korps est difficile compte tenu de ses particularités et l'auteur s'en est bien sorti avec son choix de personnages. C'est aussi un des romans les plus sombres, par certains côtés, de la Black Library. Certaines critiques le décrivent comme déprimant, et on peut effectivement voir la chose comme ça. Je l'ai trouvé bien tourné, collant bien à l'univers et à ce que GW a toujours voulu promouvoir (avec plus ou moins de succès et souvent en adoucissant bien la sauce quand même) : un monde sombre, violent et sans concession. Plus de Grimdark aurait rendu le roman illisible (en tout cas impossible à lire en y prenant du plaisir, ce qui revient au même) et moins n'aurait pas rendu justice au Death Korps. On a donc ce que GW nous fait imaginer en nous parlant de Warhammer 40k sans réussir à nous le montrer la plupart du temps. Rien que ça, c'est déjà une raison de lire le bouquin.

Ensuite, pour continuer sur le thème, les personnages sont intéressants. Deux civils au milieu de la guerre, une guerre pour laquelle ils n'étaient absolument pas préparés. Ils sont humains, ont des réactions intéressantes et sont attachants. J'approuve. Le commissaire aussi est intéressant. Sa position est des plus étonnantes, si on considère le style du régiment dans lequel il sert (0% désertion, un nombre d'infractions microscopique...) mais très bien vu. Chaque personnage a son moment de "gloire", si on peut dire. Les personnages secondaires aussi sont bien trouvés. Les soldats de Krieg ont la classe et sont ce qu'ils doivent être. Les necrons sont plutot pas mal non plus (a priori, je les aime pas, mais c'est perso ^^) et rendent très bien : décrits de façon intéressante, avec un comportement juste ce qu'il faut d'alien et de destructeur.

L'action est bien dosée, avec des retournements de situation et des événements judicieusement distillés. Les scènes de bataille sont bien, très bien même et correspondent à l'univers à merveille. Plusieurs trouvailles et bonnes idées ajoutent à l'intrigue et l'ambiance (à la fin par exemple...).

Le fluff est bien respecté et s'accorde bien avec l'histoire. Le régiment est bien décrit et on le voit vraiment en action. C'est impressionnant, aussi bien sur la façon particulière dont il fonctionne et sur l'état d'esprit. Froid et calculé, terriblement dangereux...

L'écriture est bien et sert le récit. On évite les effets trop voyants et forcés. Les dilemmes sont épineux et déchirants. Mais surtout, l'émotion provoquée par l'histoire est bien là. C'est assez rare dans un roman de la black library pour être signalé. On ressent vraiment un truc vis à vis du destin des personnages. La fin est en particulier très puissante et laisse réfléchir.

Je ne vois pas de gros point négatif à préciser. Peut être que certains trouveront le roman déprimant... C'est vrai que c'est loin d'être joyeux ou même seulement épique. Par moments, on peut trouver quelques longueurs que certains n'apprécieront pas, mais qui ne m'ont pas gêné.
En bref, un bon bouquin à lire dès que possible.

_________________
Le Dindon nait de l'oisiveté.

When a dark eldar goes to sleep, he checks his closet for Asdrubal Vect. When Asdrubal Vect goes to sleep, he checks his closet for Le Dindon.

The Internet! The only place you can discuss the bra sizes of evil space pirate elves and not be considered overly wierd !

the nerf bat comes for us all in the end.

Le Dindon
rend grâce au dieu machine

Messages : 2788
Date d'inscription : 28/11/2008
Age : 34
Localisation : Bruxelles

http://veilfigurines.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum