The outcast Dead par Graham McNeill (4.5/5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The outcast Dead par Graham McNeill (4.5/5)

Message  Le Dindon le Jeu 15 Déc - 14:35

Et oui, je rattrape mon retard de critiques.

Et encore un tome de l'hérésie d'horus aujourd'hui. Par nul autre que l'auteur de Fulgrim, Mechanicum et A Thousand Sons.

Le résumé...

Kai Zulane a passé une très mauvaise journée. En fait, un très mauvais mois/année/indicatif temporel forcément trop long... Astropathe de son état, il est en effet un rescapé d'une catastrophe qui l'a laissé incapable d'assurer ses fonctions. Le voila donc rapatrié à la Cité de la Vision sur Terra, "patrie" des psykers assermentés et autres astropathes pour être ré-éduqué. De toutes façons, c'est soit ça soit la Montagne Vide, pour lui... Pour ceux qui n'ont pas saisi, la montagne vide, c'est ce qui sert à alimenter l'astronomicon à cette époque... Et c'est loin d'être agréable.
Pour couronner le tout, voila que les rumeurs de la trahison d'horus et des évennement d'Istvaan commencent à filtrer. Lorsque finalement, au milieu de ce chaos, l'arrivée de Magnus ravage Terra, Kai se retrouve être le seul détenteur vivant d'un secret qui pourrait décider de l'issue de la guerre. Un secret dont lui même ne connait pas la teneur et qui a la fâcheuse habitude de voir tous ses détenteurs mourir prématurément et de façon particulièrement douloureuse. Comment Kai va-t-il s'en sortir ? Que va-t-il faire de ce secret ? Nombreux sont ceux qui le pourchassent pour atteindre leurs buts... A qui va-t-il s'associer ?


D'abord des remarques générales.
Ce livre est une exception dans la série, je trouve. Ici, mcNeill abandonne les affrontement épiques et les scènes de guerre à grande échelle. L'action, présente dans la seconde moitié du livre, est intime et porte sur quelques dizaines de protagonistes au plus. Cette approche intimiste ne nuit pas au roman, à mon avis, au contraire : le changement est agréable. On se focalise plus sur le destin des personnages et leur histoire. C'est un bon procédé quand on connait déjà l'histoire globale de l'hérésie. Ainsi le suspens reste présent. J'aime.
Certains trouveront l'action mal dosée. En effet la première moitié du roman est calme et certains diront lente. la seconde moitié ne s'arrête plus, en revanche. Moi j'ai aimé les deux. Les scènes d'actions sont sympa mais ce n'est pas le vrai intérêt du bouquin, je crois.
Enfin, il faut noter que le livre n'avance pas la chronologie de l'Hérésie. Il faut bien comprendre que plus qu'une "série", c'est un recueil de romans avec un cadre commun, je pense. On se voit offrir différentes perspectives sur ce qui se passe à cette époque. Moi ça me convient, mais d'autres diront qu'on n'avance pas et qu'on aurait pu tout torcher en 10 tomes, que ça traine. Je m'inscris en faux (remarquez le snobisme) ! On sait déjà comment l'hérésie commence et comment elle finit. Ce que je veux, c'est des détails sur tout ce qui se passait entre les deux !
Il y a des astartes dans le roman (à poil), ainsi que des Custodes, dorn etc.
Remarquez qu'on parle aussi de l'empereur et des guerres d'unification (avec les thunder warriors) plus qu'à l'accoutumée.



Enchainons sur les point positifs :
bien écrit, comme on peut s'attendre pour du McNeill.
Les personnages sont sympathiques, mais c'est surtout le protagoniste principal qui est bien fait, je trouve : Kai. Il colle bien au récit et est compréhensible et efficace. C'est aussi loin d'être un héros d'action bourrin. ^^ Les personnages secondaires sont en général ok aussi. ça va. Surtout les humains. les Astartes légèrement moins mais ça passe (je reviens dessus plus loin).
L'histoire est bien faite et intéressante, je trouve. Le secret est bien foutu (surtout la façon dont il est exploité en fait), mais certains sur le net sont de l'avis opposé.
Il y a pas mal de petites pépites et d'insinuations de fluff que j'apprécie (unification, légions, fonctionnement de terra) : là où ADB donne carrément clairement des rumeurs ou des faits, McNeill fait surtout des insinuations. Et je trouve qu'il s'en sort très bien. Il est aussi très fort pour les présages, les rêves, les prophéties et les visions. C'est vraiment un des trucs que j'ai préférés dans le roman. Avec tous les sous entendus.
Enfin il y a des scènes bien classes aussi et l'émotion est là. Ce qui n'est pas mal du tout.
Côté space marines, ça se tient, surtout parce qu'il les met dans des situations particulières et inédites. Bon point pour l'initiative et l'originalité (mais mauvais points plus bas).
La fin est pas mal et atteint un bon compromis entre finalité et suspens. Plutôt satisfaisant, donc.
On a aussi quelques infos sur l'empereur, et ça c'était chouette. Et bien fait, je crois. Pour une fois, il semble être "vrai" et pas seulement "crétin" ou inexistant. C'est pour ça que j'aimerais plus de McNeil : pour le moment il a réussit à rendre l'empereur bien comme je me l'imagine (badass, sans être omni-tout-ce-que-vous-voulez, humain, mais plus, etc.). Et McNeill a un vrai talent pour écrire les conversations.


Le moins bien maintenant.
La chronologie est spéciale, en particulier l'articulation des évennements suivants : Avertissement de Magnus, Istvaan, Trahison d'horus, Horus qui change les ordes de Russ, destruction de Prospero, départ de Russ pour détruire Prospero... C'est particulièrement troublant quand on sait que mcNeill lui même a écrit sur ce sujet avant, dans Fulgrim et un des premiers tomes... Donc je ne sais pas trop. Sur le coup ça me paraissait bizarre mais peut être qu'il y a une astuce quelque part... Prospero Burns aussi laissait entendre des trucs bizarres en ne parlant pas des ordres de Horus.
Dans les personnages, Certains marines sont un peu trop Uber, comme par exemple le thousand son. Dans le genre "je suis un dieu ultime de la mort de la psychiquerie qui peut tout faire", c'est un petit peu agaçant. Mais c'est aussi contrebalancé par d'autres choses. (même si à la fin il fait un truc trop bizarre).
Des petites imprécisions comme "la couleur DES yeux de Magnus".
Enfin le truc qui m'a le plus chiffonné dans ce roman, c'est les prétoriens. Pour le moment, je suis assez déçu de leurs apparitions dans la série de l'Hérésie d'Horus. Le fluff disait qu'ils étaient Uber ultimes avant. Genre ils sont aux marines ce que les marines sont aux humains, ou quelque chose comme ça... Mais là, même si on considère que c'est une exagération, franchement, ça va pas... Abnett avait fait un truc sympa avec Blood games, mais depuis... Chez ADB, ils sont moins qu'impressionnants, et ici, ils ont un peu la misère. Je ne veux pas faire de spoiler, mais quand même... Un Custodes en armure complète avec sa lance qui se fait tuer par un marine à poil en combat singulier. GNI ?! Avec le marine qui donne un coup de poing qui traverse le plastron de l'armure d'artificier ?! Et qui s'en sort avec deux dents en moins pour toute blessure ? Whot ?
Nan, je sais bien que McNEill devait rendre ses personnages badass et exceptionnels et faire du Woaw, mais là c'est un peu too much. Désolé... Mais il y avait tellement de moyens d'atteindre le même résultat dans cette scène sans faire passer des custodes pour des lopettes, que ça me fout un peu en rogne. Pitié, mais rendez un peu de leur honneur au gardiens de l'empereur, merde.

Voila, ma nerdrage est terminée. L'avantage c'est qu'à la fin du roman, ce n'est pas vraiment ça qui reste : le reste de l'histoire compense largement.
Au final un bon roman que je conseille de lire. Ceux qui ne sont intéressés que par la manière dont l'hérésie d'horus avance peuvent cependant s'en passer. Les infos qui figurent dedans sont pourtant très intéressantes, en particulier concernant la nature, les projets et l'état d'esprit de l'empereur, qui sont bien décrits (tout en gardant une large part de mystère) ainsi que pour savoir enfin de quoi étaient faits les thunder warriors de l'unification. Enfin, il y a assez de débouchées potentielles pour que d'autres romans s'articulent dessus et que ça ait la classe.

_________________
Le Dindon nait de l'oisiveté.

When a dark eldar goes to sleep, he checks his closet for Asdrubal Vect. When Asdrubal Vect goes to sleep, he checks his closet for Le Dindon.

The Internet! The only place you can discuss the bra sizes of evil space pirate elves and not be considered overly wierd !

the nerf bat comes for us all in the end.

Le Dindon
rend grâce au dieu machine

Messages : 2789
Date d'inscription : 28/11/2008
Age : 34
Localisation : Bruxelles

http://veilfigurines.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum