Nemesis par James Swallow (4,5/5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nemesis par James Swallow (4,5/5)

Message  Le Dindon le Mar 30 Nov - 15:05

Le dernier sorti de la série de l'Hérésie d'Horus en anglais est un James Swallow. Vous savez le mec qui a écrit la fuite de l'Eisenstein... Mais aussi la série des blood angels... Voyons voir ce que ça donne...

Résumé :
1) Version courte : Ce livre raconte comment Horus s'est fait assassiner.

2) Version longue : Le massacre a eu lieu, les camps sont formés. Horus a étalé sa traitrise au grand jour et a balayé trois légions loyalistes. Chaque jour il renforce sa position alors que les légions encore fidèles à l'Empereur tentent de donner un sens à la situation. Chacun se prépare à une guerre d'une portée encore jamais vue à ce jour. Sur Terra, dans les ombres du palais impérial, une idée voit le jour. Et si tout cela n'était pas inévitable ? Et si on pouvait encore faire dévier la tempête qui s'abat sur l'humanité ? Et si une seule balle pouvait sauver l'Imperium ?
Horus doit mourir.
Mais tuer un demi-dieu est loin d'être simple. A ce jour tous les assassins envoyés par les six temples de l'Officio ont échoué. Le Maître des assassins a alors recours à une solution inédite : un cadre ; six assassins, un par temple, combinant leurs compétences. Et le tout devient plus grand que la somme de ses parties. Une mesure d'exception pour abattre un être exceptionnel.
Cependant, dans la périphérie, en marge des mondes nouvellement conquis par Horus, de sombres desseins prennent forme. La panique, l'incertitude, la peur sont toutes des armes dans les mains du maître de guerre. Quand en plus un tueur en série se met à frapper et laisse une trainée de cadavres mutilés et mis en scènes comme pour un rituel, la situation devient intenable. Symptôme sanglant d'une époque troublée par une guerre fratricide ou partie émergée d'un mystère plus noir encore ? Une seule chose est sûre : Horus est en marche et le temps joue pour lui.


D'entrée de jeu, je le dis : j'ai adoré.
Bye bye les scènes de combat apocalyptiques et les dizaines de pages de baston pour satisfaire le kikoo de base ou l'irrémédiable bourrin. Un livre d'assassins ça se passe de champ de bataille. Cela ne veut pas dire qu'on manque d'action. Il y en a beaucoup, depuis les occupations des assassins avant leur mission jusqu'à l'achèvement de leur sombre besogne. Cependant cette action ne prend pas le pas sur l'histoire qu'on nous raconte et qui reste ZE argument de vente du livre. On est dans une catégorie complètement différente de certains livres BL comme battle for the abyss pour ne pas le nommer. L'action est au service du récit.
L'histoire elle-même est bien ficelée, avec de jolis rebondissements et elle coule avec un rythme agréable (ni trop rapide ni trop lent) vers un dénouement très attendu. Sa plus grande capacité est de vraiment captiver : je n'ai pas été pris dans un bouquin BL de cette façon depuis très longtemps. Souvent, on ressent de l'intérêt, de la curiosité pour les potentielles révélations. Parfois on se dit "zut, il révèle rien" et on s'énerve, dans les meilleurs cas, on dit plutôt "ah ! pas mal, c'est la classe...". Ici on s'en fout, on veut la suite. Quand un bouquin peut faire changer le rythme cardiaque à la simple lecture, c'est soit très bon signe, soit signe d'un ennui mortel. Ici c'est très bon signe. On attend les petites gemmes de connaissance que les romans de la série nous apportent mais surtout, on veut la suite !
C'est un sentiment assez diffus et difficile à expliquer clairement, mais il y a une alchimie complexe qui fait que ce bouquin fonctionne vraiment comme un bon bouquin doit le faire. Lisez le, vous verrez.
On peut énumérer les qualités du livre pour illustrer mais c'est vraiment la combinaison qui donne un truc très classe.
Bien sûr, il est très bien écrit et les descriptions sont visuelles, prenantes, pas suffisamment longue pour être ennuyeuses mais assez pour donner une bonne idée de l'endroit où se passe l'action. Cette dernière est décrite sans accroc et de façon très fluide, aussi bien dans les moments de calme que d'activité frénétique. L'auteur est aussi à l'aise pour nous parler d'un conclave d'assassins que pour nous décrire une mise à mort ou une période de doute personnel....
Les personnages sont eux aussi très bons. On s'y attache, on les suit avec plaisir et on est parfois horrifié par leurs destins... Tout contribue à l'efficacité du bouquin, pas de complaisance : ça rappelle ce qu'Abnett peut faire subir à ses propres persos. L'hérésie d'Horus n'est pas une époque tendre. Lesdits persos sont de plus très bien décrits et amenés. On les voit agir avec une vraie personnalité qui fonctionne.
En particulier, ce que j'ai aimé par dessus tout, c'est qu'on ne se dit pas "oh mais quel con !". Les personnages n'ont pas l'air d'agir pour arriver faire marcher le scénario de l'auteur, mais parce qu'il est logique/normal d'agir ainsi.
Mention spéciale pour les assassins. J'ai été surpris de la façon dont ils ont été traités. Je n'imaginais pas leurs personnalités et leurs actions de cette façon mais ça a de la gueule. Et j'aime beaucoup.

Niveau fluff, on en apprend plus sur la façon dont l'officio est né et comment il fonctionne, du moins à cette époque là. On voit aussi en action des assassins avec leurs méthodes et styles particuliers... Avec notamment deux temples qui étaient mentionnés mais pas souvent présents. On voit un bout de terra et des planètes aux limites de l'influence d'Horus. Assez peu de grandes révélations qui secouent les racines du fluff mais des détails sympathiques et des implications intéressantes, sur Horus par exemple... On voit aussi que Rogal Dorn, il a vraiment un balai dans le....

Bref, un super bouquin.

Alors pourquoi pas 5 ?
Bah j'aurais sans doute mis 5 en sortant du livre...
Mais après coup, en y repensant, j'ai songé à certains détails du fluff des assassins qui était curieux et un difficile à réconcilier avec ce qu'on avait déjà. Dans l'excitation de la lecture, ça s'était perdu mais après coup, ça revient un peu. Ya au final quelques petits détails comme ça qui peuvent gêner. Ceci dit, c'est très mineur et on en fait bien vite abstraction pour apprécier l'histoire...

Dernier point : quelqu'un sait comment Swallow arrive à faire des super bouquins pour l'hérésie alors qu'il nous pond des nullités sur les BA ?

_________________
Le Dindon nait de l'oisiveté.

When a dark eldar goes to sleep, he checks his closet for Asdrubal Vect. When Asdrubal Vect goes to sleep, he checks his closet for Le Dindon.

The Internet! The only place you can discuss the bra sizes of evil space pirate elves and not be considered overly wierd !

the nerf bat comes for us all in the end.

Le Dindon
rend grâce au dieu machine

Messages : 2789
Date d'inscription : 28/11/2008
Age : 34
Localisation : Bruxelles

http://veilfigurines.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum