A thousand Sons/Un millier de fils par McNeill (4,5/5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A thousand Sons/Un millier de fils par McNeill (4,5/5)

Message  Le Dindon le Ven 23 Avr - 22:41

Un nouveau tome de l'hérésie d'Horus et pas des moindres : il traite de la descente vers la trahison des Thousand Sons et de Magnus le rouge. Miam.

Tout n'est que cendre...

Alors, le Pitch.

Lors de la Grande Croisade, Les Thousand sons sont une exception. Outre leurs méthodes peu orthodoxes, leur histoire même les distingue des autres Légions : elle est riche de secrets et d'événements mystérieux. Leur contribution même à l'entreprise de l'Empereur diffère de celles de leurs frères, tant par la durée de leur service (ils ont combattu un temps relativement court) que par les aspirations de leur primarque. Cet état de fait est illustré par les activités des fils de Magnus sur une petite planète insignifiante aux yeux des mortels mais qui s'avère fascinante pour un esprit comme celui du cyclope. En effet, celui ci est plongé dans l'étude de mystères insondables qui pourraient changer l'avenir de l'humanité et sa place dans les étoiles si l'Empereur pouvait être mis au courant. Toutefois, les plans de Magnus vont être bouleversés quand arrive un message de la plus haute importance : l'aide des Thousand sons est requise pour pacifier un nouveau système planétaire rebelle. Entre l'étude des mystère et le devoir fraternel, Magnus doit choisir. Et cette déchirure est présente à tous les niveaux, depuis le primarque jusqu'aux simples humains qui chroniquent les accomplissements de la Légion. A l'heure où une influence pernicieuse se fait ressentir dans l'Imperium naissant, l'heure des choix est venue et Magnus, aussi bien que Ahriman, son maître archiviste, devront faire les leurs tandis que se profilent à l'horizon les ombres de la trahison et du loup.
Un seul mot résonne clairement, quelle que soit sa signification : Nikaea.


Bon, alors, déjà, direct, pour être clair, on se retrouve face à un excellent bouquin. Que je ne spoilerai pas.
Je vais commencer par les points négatifs pour bien fixer la chose.

1) fin trop rapide (vraiment trop). Je peux comprendre, en un sens, vu que je pense que ça aurait pris 100-200 pages de plus pour arriver à conclure comme on voudrait. c'est dommage et ça empêche le 5/5
2) on voit bien que c'est sensé être un dyptique. JE VEUX L'AUTRE MOITIE ! Bah oui, le fin mot de l'histoire ne viendra qu'avec Abnett en hiver prochain. Damned. McNeil pose un certain nombre de questions sournoises et laisse planer des explications nébuleuses et à mon avis, tout cela attend la confirmation et le détail qu'Abnett y mettra. On sait que ça va venir mais c'est frustrant. ça donne une petite impression que ce roman est une mise en situation géante mais c'est immersif, alors pourquoi pas.
3) un passage où les arguments m'ont paru assez faibles. Mais difficile de faire autrement sans devenir chiant.

Sinon c'est du tout bon.
On retrouve des personnages super (Magnus, Ahriman, marines de tout poil, simples humains...) et bien faits, des idées très classes (dont les histoires personnelles des personnages), de l'action (un peu, trop peu pour certains, mais ça m'allait), l'histoire de la légion, des secrets mentionnés et des questions posées ou suggérées, des protagonistes surprise qu'on a plaisir à voir (une sorte de all stars, presque)... Et bien sûr des descriptions de folie à la McNeil.
J'ai adoré les différentes parties du livres (presque indépendantes) et la progression de la damnation des Thousand Sons. J'ai aimé les révélations. J'ai adoré la classe ultime des protagonistes essentiels (pas tous des thousand sons d'ailleurs).
Attention, ne pas espérer de la baston à tous les étages. Il y en a, mais on voit que McNeil a retenu les leçons de Fulgrim et a évité de faire une masse monolithique de combat à un endroit (cf les combats du début de fulgrim sur les iles). il distille l'action dans ses parties avec efficacité et réserve la part du lion à une progression intelligente de l'intrigue via des moyens moins violents. La part belle est faite à l'historique, d'ailleurs. Mention spéciale aux planètes (Prospero, bien sûr, mais pas seulement : Terra aussi est plusieurs autres). L'imagination et la réflexion menant à leur réalisation est clairement là.
Enfin, certains passages du récit ont une classe folle : McNeil sait faire du grandiose et du épique. On en reste le cul par terre. Ceux qui ont déjà lu du McNeil savent de quoi je parle (ou sont irrécupérables ^^).

Enfin, vous avez compris, ça ne plaira pas à tout le monde mais moi, j'ai été emballé.

Pfiou, dur de faire une critique précise sans faire le moindre spoiler. désolé donc si je reste dans le vague par moments... Lisez et vous comprendrez. Je dis juste "Wouaw !".

_________________
Le Dindon nait de l'oisiveté.

When a dark eldar goes to sleep, he checks his closet for Asdrubal Vect. When Asdrubal Vect goes to sleep, he checks his closet for Le Dindon.

The Internet! The only place you can discuss the bra sizes of evil space pirate elves and not be considered overly wierd !

the nerf bat comes for us all in the end.

Le Dindon
rend grâce au dieu machine

Messages : 2789
Date d'inscription : 28/11/2008
Age : 34
Localisation : Bruxelles

http://veilfigurines.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: A thousand Sons/Un millier de fils par McNeill (4,5/5)

Message  Elda le Sam 24 Avr - 12:41

Woaa ça a l'air ...monstrueusement bon!

Bon déjà, le coup de l'histoire en deux parties chacune réalisée par les deux stars de la BL et le tout traitant d'un sujet plus que passionnant, ça promettait, mais là, avec tes critiques, ça envoi!

J'ai vraiment hâte de pouvoir dévorer ce livre. Mais hélas, on va devoir subir Battle for the abyss avant :s

Ça, c'est vachement moins bien...enfin ça ravira Vulkan !

_________________
"Il avait un regard à faire sauter la petite culotte d'une sororitas"
-Colm Corbec, à propos de Elim Rawne.

"Par les couilles de l'Empereur"
-soldat Julius Hawke, du 383e Dragon de Jouran

Lios (ChuteWil) dans toute sa splendeur:

Elda
a la plus grosse (figurine)

Messages : 1866
Date d'inscription : 30/11/2008
Age : 30
Localisation : Bruxelles

http://veilfigurines.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: A thousand Sons/Un millier de fils par McNeill (4,5/5)

Message  Elda le Sam 5 Fév - 10:07

Un millier de fils...

Enfin, je finis la lecture de ce livre. Et quel livre!

Je livrerai une rapide critique ici car Dindon a dit l'essentiel avec brio. Plus encore, il a réussi à émettre une critique sans spoil ce qui tient du défi: en effet, après lecture du bouquin, je constate que l'on ne peut pas vraiment raconter ce qu'il se passe car la découverte de l'histoire est partie intégrante de l'énigme.

Ce que l'on peut dire, c'est que nous avons à faire à un drame magistral aux allures majestueuses. Il illustre la descente au Warp de la légion que j'oserai qualifier de plus "unique": Celle qui a la particularité première d'être vraiment à part. Outre le fait que nous savions déjà que les Thousand Sons étaient portés sur l'étude, la connaissance et les mystères de l'éther, McNeill amène tout un tas de détails croustillants sur les multiples spécificités de la légion. On découvre plein de choses vraiment classes et intéressantes.
Et plus encore, on découvre un point de vue des protagonistes différent sur la Grande Croisade. Et ça...ça c'est vraiment bon. Et à mon sens logique. Cela m'a même fait qualifier la légion des Thousand Sons des "socialistes" de la grande croisade. Bon...en fait peut être pas jusque là, mais quand même! Là où est dépeint l'histoire de surhommes qui ont tout pour dépasser même jusqu'à la puissance de leurs frères des autres légions, on trouve un humanisme certain qui rassure et fait même du bien...enfin presque.
Cela vient peut être aussi de la narration, très proche des différents personnages, et plus encore du primarque. C'est la première fois dans la série que l'on lit tant de choses à propos d'un de ces semi dieux. Et McNeill excelle dans l'art de l'épique, ce qui permet de renforcer le caractère divin d'une telle proximité. C'en est très agréable.

Enfin...je livre un peu tout ça dans le désordre, comme ça me vient, mais il y a tant de choses à dire: quel plaisir relatif de ressentir la frustration amère de l'incompréhension, quels personnages si classes, quel roman bordé à seulement 10% de scènes de bastons ce qui est trop bon (surtout quand ces 10% sont écrits par McNeill, LE monsieur spécial scènes épiques), quelle envie de détester certaines légions... tant de chouettes choses!

Bref, du très très lourd. En plus, j'ai remarqué un effort de McNeill pour pousser au raisonnement, à la réflexion, notamment dans des passages multiples (et ô combien nécessaires dans le thème) de la description/action/lien/partouze avec l'éther/Warp/maelstrom/... Ainsi, on arpente des termes recherchés, un vocabulaire noble et précis et on a le droit à se voir dépeindre le warp de manière très bien faite.

L'écriture m'a même paru à ce point efficace que je sortirai aisément ce bouquin du rayon "roman à licence" pour le conseiller en one shot à un amateur de SF. Bon il serait sans doutes largué sur certains points mais quand même!
Je souligne d'ailleurs que j'ai trouvé la traduction (de Julien Drouet) très bien faite. Mes félicitations à lui.

Enfin, quelques points négatifs. Bah oui, ce n'est pas parfait non plus, hélas!
-La fin un peu courte qui ne répond pas à toutes les questions posées. Pire! Qui ne termine pas correctement toutes les énigmes!
-L'introduction, qui bien que portant sur un élément que l'on peut juger d'important à l'énigme, est à mon sens un peu trop longue. Une intro plus courte pour une fin plus longue aurait été plus appréciable.
-Quelques personnages ultra méga importants...un peu débiles quand même... ce qui sied mal à leurs statut...hum!

Voilà! Désolé pour la déconstruction de cette critique livrée un peu comme ça venait!

Tout ça pour adresser un charmant 18/20 ou 4,5/5, la fin trop courte empêchant un presque mérité 5/5.
Quoiqu'il en soit, je vous conseil très grandement cette lecture qui est pour moi l'un des meilleurs bouquins de la série.

La bise,


Elda, back from Roma!

_________________
"Il avait un regard à faire sauter la petite culotte d'une sororitas"
-Colm Corbec, à propos de Elim Rawne.

"Par les couilles de l'Empereur"
-soldat Julius Hawke, du 383e Dragon de Jouran

Lios (ChuteWil) dans toute sa splendeur:

Elda
a la plus grosse (figurine)

Messages : 1866
Date d'inscription : 30/11/2008
Age : 30
Localisation : Bruxelles

http://veilfigurines.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: A thousand Sons/Un millier de fils par McNeill (4,5/5)

Message  VULKAN le Sam 5 Fév - 12:20

J'adore ta petite critique mon elda elle est superbe.
On peux voir à quel point tu as aimer ce livre, et qu'il t'as presque bouleverser.

Je rajouterais qu'une petite chose en plus de vos deux critique précédentes, une choses que j'ai trouver particulièrement touchant et bien écrit c'est le lien de fraternité et de paternité qu'il y a dans la légion qui donne une véritable et grande notion d'humanité et permet de sentir ces marines humains.

VULKAN
Brûle, mutile et tue, dans le désordre

Messages : 1145
Date d'inscription : 29/11/2008
Age : 26
Localisation : perdu derrière les lignes ennemies loin au Nord! ( Villeneuve d'ascq )

Revenir en haut Aller en bas

Re: A thousand Sons/Un millier de fils par McNeill (4,5/5)

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:54


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum