Ravenor II - Renaissance (5/5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ravenor II - Renaissance (5/5)

Message  Elda le Dim 3 Mai - 20:51

Bonjour à tous

Voilà, j'ai finis Ravenor tome 2 et je viens faire la ptite critique traditionnelle. Ce livre est une merveille. Que dis je, une merveilleuse merveille.

Avant toute chose, quelques petites présentations...

Dan Abnett (que l'Empereur bénisse trois fois son âme) est un monstre. Il écrit et à chaque fois, c'est génial (ou presque). Il nous avait offert la trilogie Eisenhorn (Xenos, Malleus et Hereticus) relatant l'histoire du célèbre inquisiteur qui tomba dans la déchéance (ce n'est pas un secret ou un spoil je vous rassure! La déchéance de Grégor Eisenhorn, c'est comme la trahison d'Horus...). Il s'attaque à la pseudo suite de cette série avec la trilogie Ravenor. Ravenor c'est l'ancien élève de Eisenhorn. Un réel prodige, selon les propres termes de son maître. Manque de bol pour lui, ce petit génie s'est trouvé au mauvais moment au mauvais endroit lors d'un attentat mené contre l'Imperium. Bref, le guss se retrouve déchiqueté, au point qu'il ne reste en vie que grâce à l'apport constant de machines et autres fluides (ça me rappelle quelque chose cette histoire !). Ce jeune espoir brisé est donc enfermé dans une chaise énergétique noir mat qui protège et entretien le peu de restes de son enveloppe corporelle. Et oui ce truc devient inquisiteur, et pas des moindres. Car Ravenor développe son esprit outre mesure dans ce qu'il lui reste: le psychisme. Il devient un psycher redoutable, capable de contrôler les esprits et d'altérer la réalité. C'est accompagné de sa suite, composée de membres exclusifs ainsi que d'anciens de la bande Eisenhorn (ce dernier ayant mystérieusement disparu...), qu'il sert l'Empereur et purge les hérétiques.


Voilà voilà le tableau. Abnett nous plonge avec Ravenor au cœur d'une incroyable intrigue au cœur de l'Imperium. Le scénario est composé d'une multitude de scénari, tous aussi bons que les un que les autres, qui nous mènent dans un maelström de suspense constant. Et croyez moi, c'est assez excitant! Voilà le premier point génial du(des) bouquin: le scénario est à tomber. Perso je le trouve même meilleur que celui qui anime les Eisenhorn...

Deuxième très bon point, ce sont les personnages. Très fort dans cet exercice délicat, Abnett nous apporte d'excellents persos, tous hauts en couleurs, charismatiques et traités en profondeur. On a ainsi un rapport réellement proche des différents personnages. Que ce soit la brute Harlon Nayl (donc Abnett en personne avoue avoir créé en ce gaillard son perso favoris) ou encore le distingué Carl Thonius, on en a pour tous les gouts et tous les genres. Mais n'oublions pas Ravenor. En prenant un peu de recul, c'est vrai qu'il faut quand même être sacrément sifflé pour faire d'un semi cadavre son perso principal. Ou incroyablement talentueux. Et ce personnage est un véritable chef d'œuvre. Autant sur le plan psychologique que physique il est vraiment bien mis en scène et c'est un vrai plaisir de le suivre au long de ses difficiles aventures.
Encore une fois, la suite de l'inquisiteur joue un rôle prépondérant dans l'accomplissement de ses missions et ce n'est pas pour nous déplaire, car on voit bien comment ça se passe au sein d'une équipe qui a pour devoir de "sauver les milliards de citoyens de la corruption de le Chaos".
Et encore une autre fois, Abnett est sans pitié et croyez moi, c'est dur, très dur. Et quelque part c'est bon, très bon! Je me revoie encore en lisant quelques mots de certains passage et lancer mon bouquin en me disant : "ptain il a pas fait ça...le con il a pas pu faire ça! bah si il l'a fait! NAAAAAN!"
Enfin, le truc au top, ce sont les ambiances que Abnett présente. Ravenor se passe principalement dans une ruche de la planète Eustis-Majoris, Petropolis. Bien que nous ne sommes pas forcément d'accord avec Dindon sur le coté "pas assez dark gothique" de 40k (pas assez pour la volaille, très bien pour le zoneille) dans Ravenor, les ambiances de Ravenor sont quand même particulièrement immergentes. Elles offrent un paquet de point de vue de ce qu'est la vie quotidienne au sein de l'Imperium et croyez moi, ça donne pas envie du tout!
Et aussi, ça se bat pas souvent souvent (et c'est ça qui est foutrement bon) mais la vache, quand ça tape, ça fait pas semblant. Je trouve ça vraiment bien, même si je vois déjà Vulkan faire un grand "boooooarf, pas d'baston, pas d'intérêt!".

Bref, ce(ces) livre est une merveille et je vous ordonne de les lire! En commençant bien sur par la série Eisenhorn.

Bon allez, pour les quatrièmes de couv':

Ravenor I - Rencontres

« L’esprit inoccupé s’égare dans les ténèbres »
L’histoire tumultueuse de l’inquisiteur Gideon Ravenor et de son groupe d’acolytes, aussi efficaces que meurtriers, nous transporte dans le lointain et sinistre futur de l’Imperium de l’Humanité. En enquêtant sur le trafic d’une dangereuse substance, ils vont traverser toutes les strates de la société impériale, depuis les bas-fonds jusqu’aux plus hautes sphères, allant de planètes rongées par la pollution jusqu’à une station spatiale isolée où la loi impériale n’a pas cours, en passant par un monstrueux cirque impérial. Hélas, leur redoutable proie parvient toujours à conserver une longueur d’avance !

Ravenor II - Renaissance

« L’esprit inoccupé s’égare dans les ténèbres »

La situation ne fait qu’empirer pour Ravenor et ses compagnons. Leur enquête sur le trafic d’une substance impie connue sous le nom de flect les entraîne toujours plus profondément au cœur de la hiérarchie impériale, tandis que se fait jour une prophétie évoquant l’avènement d’une puissance démoniaque majeure. En ces heures difficiles, la confiance de Ravenor repose entièrement sur ses compagnons ; confrontés à la redécouverte d’une antique abomination technologique, ils doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour endiguer la marée du Chaos et empêcher un cataclysme aux proportions galactiques. Le destin de l’univers pourrait bien reposer sur un simple mot.

_________________
"Il avait un regard à faire sauter la petite culotte d'une sororitas"
-Colm Corbec, à propos de Elim Rawne.

"Par les couilles de l'Empereur"
-soldat Julius Hawke, du 383e Dragon de Jouran

Lios (ChuteWil) dans toute sa splendeur:

Elda
a la plus grosse (figurine)

Messages : 1866
Date d'inscription : 30/11/2008
Age : 30
Localisation : Bruxelles

http://veilfigurines.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum